L'œuf dans le progrès.

 

    L'œuf en peinture.

Peinture à l'oeuf

Depuis l'Égypte ancienne, l'œuf est utilisé dans la peinture grâce aux propriétés d'émulsion du jaune, en enlevant le blanc ou pas, car il peut aussi être utilisé tel quel, pour lier les pigments. On l'appliquait sur certains types de surfaces (bois principale me nt), avec du CaCO3 (carbonate de calcium) ou du CaSO4 (sulfate de calcium) pour le fixer, selon les régions.

La peinture à l'œuf a été utilisée jusqu'à la Renaissance, puis a été rendue obsolète par l'apparition de la peinture à l'huile, qui donnait un aspect plus lisse et plus verni aux toiles.

La peinture à l'œuf revient maintenant "à la mode", car on s'est aperçu, en grattant, ou en étudiant des fresques anciennes, que les peintures utilisant le jaune d'œuf avaient mieux résisté au temps que les peintures à l'huile, technique qui avait été jugée plus moderne, plus pratique par les artistes de la Renaissance.

 

     

     

    L'œuf en gastronomie, une longue histoire … qui continue.

 

 

Oeuf en Cuisine Moléculaire

L'oeuf est utilisé dans l'alimentation depuis la sédentarisation de l'Homme. Mais il est utilisé de mani ère s  différentes par toutes les civilisations, selon les siècles. Depuis le XXIe siècle, et l'apparition de la cuisine et de la gastronomi e molécul aire, (La cuisine moléculaire consistant à cuisiner à l'aide des découvertes dues à la gastronomie moléculaire, et cette dern ière, qui est celle qui nous intéresse ici, est en fait la recherche de la cause des réactions qui se produisent pendant les préparations des repas.) on découvre ses propriétés selon les réactions qu'il produit avec différents autres éléments. Hervé This, « co-créateur » de la cuisine moléculaire (qui, selon lui, sera bientôt rendue obsolète par la cuisine « note-à-note ») utilise beaucoup cet aliment pour ses différentes propriétés (émulsifiant, moussant, coagulant) et les recettes qu'elles permettent de mettre en œuvre.

     

    L'architecture et l'œuf.

 

voute-ogive-oeuf.jpegDes voûtes romanes aux constructions écologiques du IIIe millénaire, on retrouve les caractéristiques de l'œuf dans l'architecture à travers les siècles.

    a. Depuis les ogives en pierre des bâtiments datant du Moyen-Âge, (dont l'étymologie vient probablement du mot « ovum » [œuf en latin], à cause de leur forme qui évoque un œuf coupé dans la largeur), on peut retrouver la forme de l'œuf dans les églises : en arc presque circulaire (plein cintre brisé) au XIIe siècle, ou en « ogive en lancette », qui est constituée de deux arcs dont les centres sont au-delà des points de retombée de la voûte.

 

 

 

   b. Aussi, récemment, les architectes se sont penchés sur la forme de l'œuf pour construire des bâtiments reprenant ses courbes, à la fois pour un design novateur, et pour ses propriétés écologiques (les mêmes que la sphère, c'est à dire un rapport surface / volume intéressant car il limite les échanges thermiques entre l'intérieur et l'extérieur.), dans une ère où le développement durable est devenu un point clé dans les arguments commerciaux. Par exemple, un bâtiment-œuf a été conçu en avril 2011, et a été créé pour consommer un minimum d'énergie. Sa surface est de 2900 m², et il ne consomme que 98 600 kWh/an d'énergie priBatiment Oeufmaire, soit 34 kWh/ m² / an, ce qui représente 50% de la norme, et qu'il faut diviser par un facteur (2,58) qui prend en compte le rendement énergétique et le transport de l'électricité depuis les centrales. Il consomme donc 38 217 kWh / an.

Grâce à ses installations photovoltaïques, il produit aussi 47 000 kWh/an d'énergie, ce qui fait qu'au final, ce bâtiment produit 8 782 kWh / an.

 

L'œuf, aérodynamique et résistant.

 

La forme aérodynamique des œufs a été reprise par les ingénieurs en aéronautique, l'industrie de l'automobile, et même par les skieurs de haut niveau. SAile semi-ovoidea forme lui permettant une répartition des forces quasi optimale, certains ingénieurs se sont aussi penchés sur les  applications qu'ils pourraient en faire sur les sous-marins. 

   a. L'œuf s'envole grâce aux avancées de l'aéronautique : les ailes des avions de ligne se sont vues adopter sa forme (si on le coupe en deux dans la longueur, et qu'on l'aplatit) pour l'avantage aérodynamique qu'elle procure, les bords d'attaque et de fuite étant dans les bonnes positions, et conditions, pour une une traînée réduite, ce qui augmente la pénétration dans l'air de l'aile.

Citroen Eggo

 

   b. Les concepteurs automobiles se sont aussi intéressés à la forme de l'œuf, comme pour les bâtiments, pour son design épuré, et ses caractéristiques physiques. Certaines voitures électriques sont des modèles particulièrement inspirés  d e la forme de l'œuf, pour l'aérodynamisme (moins d'énergie nécessaire, donc une plus grande autonomie) et la répartition d'éventuels panneaux photovoltaïques pour fournir de l'énergie à la voiture. 

 

 

 

Position Oeuf Ski   c. L'œuf a même participé aux J.O. d'hiver, en faisant son apparition fracassante en 1960 lors de l'épreuve de ski alpin. Jean Vuarnet a « inventé » la « position de l'œuf » lors de sa descente a Squaw Valley, CA, ce qui lui a valu la médaille d'or. Cette position consiste à fléchir les genoux, pencher son buste vers l'avant, et tendre les bras pour que les poings se rejoignent sous la tête, et elle a été adoptée depuis par tous les skieurs, de piste ou de fond, pour l'aérodynamisme qu'elle confère.

 

 

   d. Repartition forcesLa forme de l'œuf lui permettant aussi une répartition des forces très intéressante du point de vue physique [Expérience 6], il a attiré certains ingénieurs pour sa résistance à la pression de l'eau pour les sous-marins. Même si la forme n'a pas été adoptée, doublée par le modèle de la « goutte d'eau », elle a pu inspirer certaines personnes, et en regardant de plus près, on peut faire une analogie entre la partie bombée des gouttes et le gros bout de l'œuf. Ainsi, il a aussi été partiellement retenu pour le domaine sous-marin pour son aérodynamisme, et non pas sa résistance à la pression.

 

     

     

     

    L'œuf de poule, un incubateur à dinosaures ?

 dino-3.jpg

Des chercheurs se sont aussi intéressés aux propriétés biologiques de l'œuf, et on fait le rapprochement entre les sauriens et la poule, qui en descend. Ils ont donc cherché à reconstituer des dinosaures en introduisant des molécules spéciales dans l'embryon d'un poussin, très modulable.

En effet, si on injecte ces molécules régulatrices à l'emplacement de la tête et de la queue du poussin, on peut lui faire développer des caractères disparus, propres aux sauriens qui dominaient la Terre il y a des millions d'années, comme une queue de dinosaure ou un bec avec des dents. Ces résultats pourront être obtenus grâce au génome du poussin, qui contient encore les gènes du développement de ses ancêtres. Les biologistes qui se sont chargés de cette expérience pensent qu'il ne leur faudra pas plus de 5 ans pour obtenir cet hybride, qui n'est pour l'instant pas conçu.

Ici, ce ne sont donc pas les caractéristiques de l'œuf en lui-même, mais de l'embryon qu'il contient, qui est pris en compte, même si ce n'est pas le sujet de base de ce TPE, nous avons jugé intéressant d'en faire part. Arbre de parenté

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site