Expérience 2

Isolation thermique de l'oeuf

 

L'œuf possède une isolation thermique

 

OBJECTIF : Montrer que la coquille joue un rôle majeur dans la protection de l'œuf.

 

 

Matériel nécessaire :

- Deux œufs crus

- Plaque chauffante

- Cristallisoir

- 2 multimètres thermomètres

- Deux sondes

- Une aiguille droite

schema-materiel-experience-2-2.png 

Protocole :

- Mesurer la température ambiante avec les différents multimètres thermomètres. Changer de sondes jusqu’à en trouver deux affichant la même valeur.

- Remplir le cristallisoir d’eau et le mettre sur la plaque chauffante.

- Percer délicatement  le haut de l’œuf (posé verticalement) à l’aide d’une aiguille droite, afin de former un trou de faible diamiètre. Introduire la première sonde, branchée sur un des deux multimètres, dans l’œuf. Plonger l’œuf dans l’eau.

- Brancher la deuxième sonde sur l’autre multimètre. Plonger la sonde dans l’eau.

- Mettre la plaque chauffante en route.

- Comparer l’évolution de la température de l’eau et celle de l’œuf en fonction du temps.

 exp-3-4-2.jpg

Nous avons fait cette expérience deux fois, car la première fois nos résultats n'étaient pas concluants. En effet, nous n'avions pas vérifié l'état des sondes et le tableau de résultats, de ce fait, était faux.

 

Observations :

Nous pouvons observer que, au fil du temps, la température intérieure de l'œuf est toujours inférieure à celle de l'eau (au bout de cinq minutes, elle est presque deux fois moins importante).

protection-thermique-3.png

  exp-3-8-1.jpg

 

graphique-isolation-thermique.png

 

Explication :

 La coquille joue un rôle majeur dans la protection thermique de l'œuf, comme les résultats le prouvent.  En effet, l'enveloppe de l'œuf est poreuse et fragile :  elle est composée à 94 % de carbonate de chaux, de 1 % de carbonate de magnésium, de 1 % phosphate de calcium et de 4 % de matières organiques. Elle est faite de nombreux minuscules orifices conservant, mais aussi laissant passer l'humidité, les odeurs et l'air. Ainsi la coquille permet à l'œuf de garder la température ambiante nécessaire au développement du poussin.

Nous pouvons donc émettre plusieurs hypothèses :

- La coquille pourrait permettre d'attenuer les changements de température entre l'oeuf couvé et non couvé.

- La coquille peut être considée comme une barrière mécanique.

- Le calcaire devrait-être un bon isolant.

 

Montage vidéo de notre expérience :

 

 /!\ Remarque : Nous avons essayé de mettre en évidence les pores de la coquille mais nous n'avons pas réussi. En effet, la première fois nous avons tenté l'expérience avec un microscope mais le grossissement n'était pas assez important. De plus la coquille est opaque, on ne peut donc pas l'observer car elle ne laisse pas passer la lumière. Nous avons donc utilisé une loupe binoculaire. Cette fois-ci la lumière passait mais le grossissement n'était toujours pas assez important. Ce n'est que plus tard que nous avons relevé dans un livre que les pores avaient un diamètre allant de 0,1 à 9/10 μm. Le matériel du lycée ne nous permet donc pas d'observer les pores de la coquille d'oeuf.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×